OSS&TURES: Exposition temporaire de deux artistes confirmées : Laura Labri Laborie et Geneviève Seillé

15 April - 15 June 2022

Ossatures la charpente la structure le corps et son architecture organique.

Deux artistes issues de générations différentes réunies ici autour de la notion

d’armature celle même qui nous soutient et nous édifie.

Ossatures la charpente la structure le corps et son architecture organique.

Deux artistes issues de générations différentes réunies ici autour de la notion

d’armature celle même qui nous soutient et nous édifie.

Lentement patiemment Laura Labri Laborie et Geneviève Seillé élaborent de

manière très personnelle une construction un tout complexe capable de questionner

notre édifice de chair et d’esprit cette pesante carcasse où siège paradoxalement

l’immatériel.

 

Le vivant ses archipels cellulaires épidermiques ses miasmes sa décrépitude ses

métamorphoses oniriques monstrueuses fantastiques stimulent puissamment

l’imaginaire. Cette exposition souhaite refléter les possibles du corps lorsque les

frontières entre les différents règnes du vivant s’estompent: des poissons humanoïdes

des algues escargots des chenilles flottant dans les airs des êtres végétalisés dotés de

pieds et de mains palmés autant de créatures «biomorphes» qui peuplent le cosmos

habité de Geneviève Seillé. De son côté Laura Labri Laborie déroule des viscères

serpentines et détourne des os d’animaux pour donner naissance à une foule hybride

taureaux hominisés au port altier poupées à hanches larges génitrices d’elles même

momies venues du fond des âges ensevelies dans une gangue animale…

Influencées par l’Art Brut les productions asilaires et les arts populaires Labri

Laborie et Seillé empruntent deux voies distinctes pour explorer l’anatomie du vivant et révéler sa dimension archaïque son humilité fondamentale sa primitivité intime. Sans concession leurs univers respectifs s’adressent à la pure sensibilité s’éloignant de toute spéculation. Dans ces temps troublés où tout vacille et où les repères les plus stables s’effondrent que reste-t-il pour témoigner de notre humanité? Une connaissance poétique du monde à même d’insister sur la fonction

transformatrice de l’art seule véritable ossature qui résiste à l’adversité.